Ode à la Prof. Idéale.

Le rôle essentiel de la prof. Idéale est de se consacrer aux disciples de sa vie.

Elle se doit donc d’être, en toute circonstance, capable de répondre clairement à ses élèves, même si la question posée est saugrenue.
Hormis bien entendu, dans le cas où le potache préfère être ignoré ou rester ignare.

Il ne lui est pas demandé de sonder tous les cerveaux mais de stimuler une compréhension parfaite.

Si par malheur elle découvre quelque coupable lacune, prière lui est faite de simuler l’entendement.

Elle sera éternellement en pleine forme, outrepassant toute maladie, dynamique malgré la fatigue.

Sa voix sera claire, la prononciation impeccablement inspirée des règles de l’orthophonie. Sus aux toussotements et enrouements quelconques !

L’œil vif, malicieux, le regard étonné lorsqu’on lui suggère une ineptie ou une aberration informatique.

Devant son public, elle trouvera toujours une anecdote la concernant pour mieux illustrer un processus de travail.

Sa tenue sera décontractée, jeans ou fuseaux au galbe évocateur.

Le pied assuré, dans une chaussure vigoureuse, fermement en appui sur le sol.

L’ensemble est empreint d’une élégance et d’une simplicité qui révèlent néanmoins son anatomie féminine. 

En pédagogue avertie, elle utilisera les principes de Socrate , ou autre Pestalozzi, chiffonnant un papier, par exemple, pour inculquer le notion de corbeille.

En société, c’est son esprit qui brillera, captivant l’attention, suscitant l’intérêt, réveillant des souvenirs par des jeux d’esprit. Elle orchestrera la participation de tous les mordus de l’informatique et encouragera de mille façons la création de liens et la collaboration de tous.

Sans conteste, ce prof. Idéal, énigmatique, d’un commerce agréable,
c’est vous, Madame.


 

 
Maurice Waha