Décidé par Napoléon pour approvisionner Paris en eau potable, le canal Saint-Martin fut creusé en 1825 dans le prolongement du canal de l'Ourcq. D'une longueur de 4 500 mètres, dont une partie actuellement souterraine sous le boulevard Richard Lenoir, il était destiné à couper la boucle de la Seine entre l'Arsenal et Saint-Denis. Sa dénivellation est de 25 mètres et il y a quelques écluses à franchir ainsi que quelques ponts mobiles. C'est ce qui fait le charme de ce canal.
 

En un demi-siècle, le quartier devint lun des plus peuplés de Paris.
Profitant dune population bon marché qui arrivait de la campagne, les industriels organisèrent, le long des quais, des centaines d'ateliers. Les folies, petites maisons basses, étaient rachetées par des fondeurs, des menuisiers, des verriers qui, dans les jardins, élevaient des hangars en bois.

 

Les anciennes tanneries, papeteries et fabriques de faïences ont façonné un quartier populaire Au début des années 1970, un projet fut élaboré pour couvrir totalement le canal afin d'en faire une autoroute tra-versant Paris. La mobilisation des riverains et l'intervention d'André Malraux eurent raison du projet. Au-jourd'hui le canal est devenu un lieu de promenade pédestre et cycliste, notamment le dimanche.
 

Le Canal Saint-Martin est très certainement le plus beau canal de Paris. Ses eaux tranquilles, ses rives bordées d'arbres centenaires et ses passerelles romantiques confèrent à cet ouvrage une atmosphère poétique très liée au cinéma.

 

L'étrange décor du Canal Saint-Martin a servi de toile de fond à Marcel Carné, pour la réalisation de son film " Hôtel du Nord " inspiré du roman de Dabit. De l'hôtel original, il ne reste en fait que la façade, l'intérieur ayant été totalement rénové. Mais le film de Marcel Carné, et la réplique d'Arletty ("Atmosphère..."), ont été tournés en studio." L'atmosphère " n'est plus tout à fait la même et pourtant, on se sent attiré par ce lieu magique qui a inspiré les poètes. Quelques pêcheurs s'obstinent encore, espérant de belles prises : sandres, brochets, gardons... On y trouve même des écrevisses ! Et, malgré tout, on revient se promener avec nostalgie sur les berges de cette étonnante allée aquatique, auréolée de passerelles romantiques, bordée de marronniers et de peupliers.