Histoire d'une cité
 
Origines du nom

RUGJIA (eau sauvage), ou encore ROYA, ou la REIE du nom de la rivière formant les canaux autour de Brugge.
Plus vraisemblablement ce serait BRYGGIA qui signifie en ancien norvégien "débarcadère" qui était la dénomination du lieu au temps des Vikings.
 


 
Origines
Cette région était peu propice à l'installation humaine (inondations, terres peu fertiles). 
On peut estimer que la première occupation de la région remonte à l'âge du fer c'est à dire, aux environs de 1.500 avant J.C.
C'est vers 55 av JC, à la conquête de la Gaule par Jules César que des textes mentionnent les MENAPIENS, un peuple fier et fort qui ne sera dominé qu'après trois campagnes romaines.
Durant la période de la Pax Romana, les habitants gallo-romains de la région profitent des nouvelles liaisons pour, en plus de leurs cultures, faire le commerce du drap avec leurs voisins

Vers 270, les Germains mènent leurs premières attaques contre les agglomérations côtières. Les Romains installent des forts pour la protection des populations. Comme à OUDENBURG, un fort fut installé à BRUGGE à la place de l'actuel BURG.
Vers 590, dans l'autobiographie de Saint Elige, il est fait mention du "GOUW" de Flandre ou de province de Flandre.
C'est vers 650 que Saint Eloi évangélise la région et signale la cité comme une cité côtière fortifiée.
Aux environs de 800, Charlemagne adopte la même tactique que les romains et construit des forts. Malgré ceux-ci, il est certain que les Vikings s'installent à Brugge qu'ils dénomment BRYGGIA.

Un port international

En 843, l'empire de Charlemagne est divisé et Charles le Chauve reçoit la Flandre.
En 864, Charles le Chauve offre la région en dot à sa fille qui épouse Baudouin de Laon. Celui-ci devient le premier comte de Flandre.
En 875, Baudouin de Laon, dit "Bras de fer," érige un "castrum" (une forteresse) et tient tête aux envahisseurs normands.
En l'an 1.000, on parle à Londres des "gens de Baudouin" qui sur le marché local font le commerce du drap de Flandre
Dès 1050, pour palier à l'ensablement du ZWIN, des liaisons terrestres sont créées vers Cologne, Ypres, Gand. On assiste aussi aux premières importations des draps d'Angleterre.

Naissance d'une cité

En 1127 un mur est construit et des fossés sont creusés pour protéger une superficie de 86 Ha, c'est aussi à cette époque que le comte de Flandre, Charles le Bon, est assassiné dans l'église Saint Donatien par une famille bourgeoise. Thierry d'Alsace, comte de Hollande, emporte  la succession, mais doit céder aux bourgeois un certain nombre de concessions, ce sont les "KEUREN".

En 1134, suite à de grandes inondations, Brugge est relié directement à la mer : en effet le Zwin a 15 kilomètres de long et jusqu'à 6 kilomètres de large.
En 1149, au retour d'une de ses quatre croisades, Thierry d'Alsace ramène à Brugge la relique du Saint Sang.
Entre 1168 et 1191, Philippe d'Alsace offre à Brugge son extension maximum. En 1180, il fait construire une digue et sur cette digue la ville de DAMME qui deviendra un des avant-ports de Brugge.
En 1214, Philippe II Auguste, roi de France, brise le pouvoir comtal des comtes de Flandre, mais laisse en place à Brugge l'administration des bourgeois
Vers 1220, Jeanne de Constantinople, épouse de Ferran de Portugal et fille de Baudouin IX comte de Flandre dit de Constantinople  mort aux croisades, concéde à Brugge le droit à l'organisation d'une foire annuelle.
En 1270 apparaissent les premiers marchands Italiens. On trouvera à Brugge des marchands d'au moins 17 nations.
 

Une cité convoitée
En 1280, révolte populaire : les bourgeois partisans du roi de France, "LELIAERT"
(LEI = LYS) sont opposés aux artisans et aux humbles, "CLAUWAERT" (CLAUW = GRIFFES du lion) associés au comte de Flandre. Durant ces affrontements le beffroi sera incendié.
En 1290, création de l'avant port de Sluis, le Zwin s'ensablant de plus en plus.
En 1297, construction d'une nouvelle enceinte englobant 430 Ha.
En 1301, les troupes françaises de Philippe le Bel envahissent la Flandre. Philippe le Bel veut montrer qu'il est le maître et fait sa joyeuse entrée à Brugge.
"Je me croyais seule reine et j'en vois des centaines autour de moi" remarque Jeanne de Navarre, épouse du roi de France.
En 1302 les brugeois qui ne supportent pas les Français se révoltent ce sont les "Matines Brugeoises", les Français sont assassinés s'ils ne savent pas prononcer le fameux "SCHIELD EN VRIEND". Les meneurs de cette insurrection sont  Peter de Coninck et Jan Breydel. Le roi de France, pour venger cet outrage, envoit sa cavalerie, ce sera le 11/07/1302, la bataille des Eperons d'or. Le peuple a le pouvoir et arrache de nombreuses concessions.
En 1337 commence la guerre de 100 ans. Au départ Jacques Van Artevelde, dans l'espoir de protéger le commerce du drap parvient à garder une neutralité, mais forcé par les évènements de prendre parti, il choisit de soutenir le roi d'Angleterre car ce pays est son principal partenaire commercial. A cette époque Brugge compte 40.000 habitants, autant que Londres.
En 1369 Marguerite de Maele, dernière fille du comte de Flandre épouse Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. 
En 1384, Brugge devient ville de la cour de Bourgogne et jouit de ce fait d'une période de prospérité inouïe, elle est le principal centre d'affaires au nord des Alpes. Les industries de luxe et les services (banques) prennent peu à peu la place de l'industrie drapière.
En 1425 Van Eyck devient peintre de la cour.

En 1429 Philippe le Bon accueille à Brugge sa fiancée Isabelle de Portugal
"Il n'y avait si petite maison où on ne bût en vaisselle d'argent" signale un chroniqueur de l'époque.
En 1430 Philippe le Bon crée la TOISON D'OR. C'est aussi vers cette époque qu'est créée la première bourse à ciel ouvert devant la maison de la famille Van der Beurze.
En 1460, l'ensablement s'aggrave et les navires arrivent difficilement à Sluis et en 1470 un rapport attribue l'ensablement aux négligences des abbayes et des riches marchands qui n'ont pas fait exécuter les travaux de dragage nécessaires.
En 1477, Charles le Téméraire meurt devant Nancy. Début du règne de Marie de Bourgogne qui épouse Maximilien d'Autriche.
En 1488, révolte des brugeois et Maximilien d'Autriche est emprisonné à Brugge. A sa libération il se venge et enlève à Brugge le droit de tenir marché,  il l'accorde à Anvers, les marchands étrangers doivent s'installer à Anvers.
 

Le déclin

1492, Christophe Colomb découvre l'Amérique, en 1498, Vasco de Gama contourne l'Afrique. Brugge participe peu aux nouveaux échanges .
En 1520, Brugge accueille le mariage de Charles le Quint, mais elle n'est plus qu'une ville parmi les autres.
En 1555, Philippe II d'Espagne hérite des Pays-Bas 
En 1559, Brugge devient le siège d'un nouvel évêché.
En 1571, rupture des digues.
En 1578, les calvinistes sont aux pouvoirs à Brugge.
En 1584, Alexandre Farnèse restaure le catholicisme, de nombreux protestants émigrent.
En 1585, les importations de drap anglais cessent.
En 1594, la suzeraineté des Pays-Bas est confiée par Philippe II à sa fille Isabelle qui épouse l'archiduc Albert d'Autriche.
En 1604, les troupes de Philippe de Nassau ferment l'accès au Zwin, Brugge n'est plus port de mer.
Entre 1613 et 1622, creusement du canal  Ostende - Brugge
En 1621, mort d'Isabelle et en 1633, celle d'Albert. Lutte entre les Province Unies et l'Espagne.
En 1635, les troupes françaises envahissent la Flandre, c'est la guerre entre la France et l'Espagne.
En 1648, le traité de Munster reconnaît l'indépendance de la république des Pays-Bas.
En 1665, malgré la période trouble inauguration du grand bassin de Brugge (Minnewater) il y a cependant peu de retombées économiques en raison du conflit permanent entre la France et l'Espagne.
En 1705, le consulat d'Espagne quitte Brugge, il est le dernier à partir sur les 17 nations présentes.
En 1713, par le traité d'Utrecht, l'Autriche prend possession de la Belgique.
En 1782, sous Joseph II, les remparts sont détruits.

En 1795, Brugge est le chef-lieu du département français de la Lys.
En 1810, 2ème visite de Napoléon à Brugge, il ordonne le creusement du canal Brugge Sluis.
A cette fin des prisonniers espagnols sont envoyés à Brugge. 
En raison de la défaite de Napoléon ce projet est abandonné. Selon certaines sources, Napoléon aurait sauvé la chapelle du Saint Sang de la destruction, il serait tombé amoureux de son style.
En 1815, retour à la Hollande. 

Ville belge

En 1830, Brugge devient une ville belge.
En 1838, arrivée du chemin de fer, Brugge rate la révolution industrielle, la moitié de la population est dans la misère, plus de 10.000 personnes vivent du travail de la dentelle.
En 1907, estacade au port de Zeebrugge et creusement du canal  vers Brugge.
En 1918 raid britannique contre le port de Zeebrugge, repère de sous-marins allemands.
En 1950, réédification de Zeebrugge fortement endommagé pendant les deux guerres. Achèvement de la construction du canal Baudouin, implantation de nouvelles industries, du port gazier, nouvel essor industriel.
 
Centre artistique

En 1837, Victor Hugo fait de Brugge une description romantique et enthousiaste.
En 1862, Georges Rodenbach écrit son roman "Bruges la morte" et contribue à la renommée romantique de Brugge;
En 1877, le roi Léopold II exprime le désir de faire de Brugge un grand musée.
Les travaux de restauration commencent. 
Les nouvelles constructions se font en style néo-classique ou néo-romantique.
C'est grâce à son déclin économique rapide, à son isolement et au fait qu'elle a été épargnée lors des deux guerres que Brugge a pu garder son aspect médiéval. Dès la fin du 19ème s. les touristes, d'abord les anglais s'y intéressent. Au milieu du 20ème , grâce au développement du réseau autoroutier, à des efforts de mise en valeur de son architecture et à une politique stricte de rénovation, Brugge attire annuellement plus d'un million de touristes venus des quatre coins du monde.