L'Aven est une rivière enchantée qui se métamorphose à Pont-Aven : venue paisiblement des collines environnantes elle arrive avec impétuosité à Pont-Aven, se jetant comme un torrent bouillonnant sur les gros blocs granitiques du Poche-Menu, créant quelques belles vasques où les gamins venaient se baigner. Les multiples bras de dérivation alimentaient les grandes roues à aubes des quinze moulins dont quelques unes tournent encore pour le plaisir. A l'arrière des jardins ou des cours des maisons on voit toujours les petits lavoirs où les femmes frottaient et rinçaient le linge, prenant la pose pour les peintres, tout en échangeant, dit on, des propos vigoureux... Sur un flot entre les canaux et les vannes a été aménagée la Promenade Xavier Grall, délicieux jardin fleuri et précieux havre de paix, sentier servant de lien entre deux parties de la ville. Le pont est le lieu de rendez-vous, aussi y a til toujours quelques flâneurs à regarder passer l'eau.

L'Aven poursuit sa course par les biefs des Moulins de Rosmadec et du Poulgwin jusqu'à la passerelle en amont du port. La rivière d'eau douce s'élargit alors en mêlant ses eaux à celles de l'Océan au rythme des marées pour devenir l'une des plus belles rias de Bretagne. Le port est fréquenté par de nombreux bateaux de plaisance amarrés tout au long des quais : quelques vieux gréements sont des familiers du port comme la "Belle Angèle" superbe reconstitution d'un de ces caboteurs si nombreux autrefois ; la merveilleuse excursion de découverte de l'Aven en bateau jusqu'à Port Manech est proposée à partir du quai.

Après le quai des Sabliers, ces petits bateaux qui déchargeaient là le sable ramassé à l'embouchure, la rivière devient sauvage entre deux rives boisées. Le virage des Châtaigniers entre les gros blocs de granite est impressionnant. La chapelle de Trémor veille sur la rive gauche au salut des marins. L'Aven s'étale alors dans la grande baie du Hénant que le château du même nom domine de ses tourelles, alors qu'au fond d'une anse le Moulin-Mer du Hénant est impassible sur sa digue. Le passage se resserre entre les ports très animés de Rosbras et Kerdruc qui se font face. Sur la droite s'ouvre une baie profonde marquée par l'éperon rocheux du romantique château du Poulgwin. Passées les hautes rives boisées de Goulet Riec, l'Aven rejoint l'Océan en se mêlant au Belon dans une embouchure majestueuse et sauvage entre les pointes de Kerfany et Port Manech qui abritent de belles plages justement réputées.

Le moulin David
1894
Paul Gauguin

l'Aven au Moulin Neuf
vers 1900
Emile Dezaunay

Ramasseurs de coquillages
sur les bords de l'Aven
1927
Emile Jourdan