Très nombreux sont les Bretons qui se sont illustrés en littérature.
Nous ne retiendrons que les plus célèbres.

Le Moyen-Age
Le philosophe Pierre Abélard , connu par son amour pour Héloïse , fut abbé de St-Gildas-de-Rhuys.

Le XVIIe siècle
Bretonne par son mariage, Mme de Sévigné (1626-1696) a vécu au château des Rochers ; ses nombreuses lettres évoquent fréquemment la Bretagne où elle apprécie les réunions mondaines, la nature et ... la gastronomie ! Elle aime la nature  et l'exprime, ce qui était exceptionnel à l'époque classique.

Elle dit sa joie devant un beau 
paysage : une "grande allée où le couchant fait des merveilles" ; en carrosse, "l'ouverture du devant est un tableau merveilleux". . Souvent, elle ne décrit que par des notations vagues, brèves : "le plus beau temps du monde", "la plus belle lune du monde", "mes petits arbres sont d'une beauté surprenante (...) rien n'est si beau que ces allées que vous avez vu naître". Elle revient souvent sur ses allées ; c'est qu'elle aime surtout une nature bien organisée, à la manière de Le Nôtre. Elle a aimé les paysages bretons, mais ses descriptions ne sont pas caractéristiques de ces paysages.  Il en va  ainsi de cette jolie évocation de l'automne : "Vous voulez savoir si nous avons encore des feuilles vertes ? oui, beaucoup. Elles sont mêlées d'aurore et de feuilles mortes ; cela fait une étoffe admirable."
Le XVIIIe siècle
Alain René Lesage (1668-1747), auteur de Gil Blas, est né à Sarzeau (Morbihan).

Le XIXe siècle et l'époque contemporaine

Dans ses "Mémoires d'outre-tombe",Chateaubriand (1768-1848), dont l'influence sur le romantisme fut énorme, raconte sa vie à Saint-Malo, sa ville natale, et au château de Combourg. Il a souhaité être enterré à Saint-Malo, au Grand Bé, face au large : "Je reposerai donc au bord de la mer que j'ai tant aimée.".Ses descriptions annoncent la vision romantique d'une nature sauvage lorsqu'il évoque la mer "qui s'étend à perte de vue, en se brisant sur des écueils" et "le mugissement des vagues, soulevées par une bourrasque annonçant l'équinoxe d'automne".
Ernest Renan (1823-1892), natif de Tréguier, évoque la Bretagne dans ses "Souvenirs d'enfance et de jeunesse".
Citons encore :
- deux poètes symbolistes, Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889) et Tristan Corbière (1845-1875) ; 
- Paul Féval (1816-1887), auteur du roman "Le bossu" ;
- Jules Verne (1828-1905), toujours célèbre aujourd'hui et traduit dans le monde entier.
N'oublions pas Alfred Jarry
  (1873-1907) ; le célèbre personnage d'Ubu lui a étéinspiré par son professeur de physique au lycée de Rennes !
Plus près de nous, Henri Queffélec (1910-1992) et Pierre-Jackez Hélias (1914-1995), tous deux nés à Brest, ont chanté la Bretagne dans de nombreux livres.
"Le cheval d'orgueil" de Pierre-Jackez Hélias est essentiel pour la connaissance du pays bigouden ; le livre a été traduit en breton.
De Henri Queffélec on a dit qu'il était peut-être "le plus grand romancier maritime de langue française du XXe siècle". On lui doit surtout une véritable "Comédie humaine" des îles de Bretagne, avec de nombreux livres de fiction qui sont en même temps de précieux témoignages historiques et sociologiques sur les insulaires armoricains. C'est grâce à lui que le jeune Julien Gracq s'enthousiasmera pour la Bretagne. Le film "Dieu a besoin des hommes", avec Pierre Fresnay, est une adaptation de son roman "Un recteur de l'île de Sein" ; il lui vaudra la célébrité. En 1975, ce romancier des îles bretonnes et de la mer a reçu le Grand Prix de Littérature de l’Académie française.
;
Mentionnons aussi PIerre Loti (1850-1923), même s'il est charentais : on ne peut parler de Bretagne et de littérature sans penser à ses romans "Mon frère Yves" et "Pêcheur d'Islande".
Dans "Mon frère Yves", il se montre très sensible à la beauté de la campagne bretonne : " Nous fûmes bientôt au milieu des bois ; plus de sentiers ni de chaumières ; rien que des collines se succédant au loin, couvertes de hêtres, de broussailles, de chênes et de bruyères. 
Et des fleurs, une profusion de fleurs ; tout ce pays était fleuri comme un  éden : des chèvrefeuilles, de grands asphodèles en quenouilles blanches et des digitales en quenouilles roses."
Xavier Graal (1930-1981), poète et romancier , est lui aussi un grand nom de la littérature bretonne . Il nous a laissé une oeuvre émouvante, pleine de vents et de légendes, à l'image de la Bretagne. "On ne naît pas Breton, on le devient, à l'écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer." Et encore :"Vents hurleurs, soleils jaunes, rocs et ressac: éternels chants du monde.(...) L'au-delà imprègne les brumes d'Ouessant et cogne dans les gouffres de la Pointe du Raz. Dieu ne se repose jamais. L'Univers n'est jamais fini.. 
Quelle erreur de croire que tout en Bretagne est arrêté, figé, fixé pour toujours. Tout, au contraire, bouge ici : les paysages et les mœurs, les ciels et les nuages." (Les vents m'ont dit).

Et aujourd'hui ?
Notons d'abord qu'il existe une littérature en breton. En 1925, Roparz Hemon, qu'on appellera le "Victor Hugo breton", créa à Brest la première revue littéraire en breton. Il démontra ainsi avec quelques autres écrivains que la langue bretonne était une véritable langue capable de tout exprimer au même titre que n'importe quelle autre. 

Enfin, la littérature bretonne de langue française est bien vivante.
Au cours des vingt dernières années, la Bretagne s'est classée parmi les premières régions éditrices de France, produisant plus de 1200 titres par an. L´Association des Écrivains Bretons, créée en 1978, réunit aujourd´hui près de deux cents adhérents. Célèbres ou moins connus, tous enrichissent la culture et la matière de Bretagne. L'exemple avait été donné par des auteurs comme Henri Queffélec et Pierre-Jakez Hélias. Tant en breton qu'en français, les publications des adhérents de l'A.E.B. manifestent la vitalité de la littérature en Bretagne. Enfin, la littérature bretonne de langue française est bien vivante. Au cours des vingt dernières années, la Bretagne s'est classée parmi les premières régions éditrices de France, produisant plus de 1200 titres par an.
L´Association des Écrivains Bretons, créée en 1978, réunit aujourd´hui près de deux cents adhérents. Célèbres ou moins connus, tous enrichissent la culture et la matière de Bretagne. L'exemple avait été donné par des auteurs comme Henri Queffélec et Pierre-Jakez Hélias. Tant en breton qu'en français, les publications des adhérents de l'A.E.B. manifestent la vitalité de la littérature en Bretagne. 

J'arrive de lointaine Bretagne 
O ma barque belle 
Parmi les bleuets et les dauphins 
Les brumes y sont plus roses 
Que les toits d'Espagne 
Je viens d'un pays de marins 
Les rêves sur les vagues 
Sont des jeunes rameurs 
Qui vont aux îles bienheureuses 
De la grande mer du Nord 
Je viens d'un pays musicien 
Liesse colères et remords 
Amènent les vents hurleurs 
Sur le clavier des ports
(...)

J'aurais aimé chanter le triomphe 
Des marées à la corne des caps 
Et la douceur des plages 
J'aurais aimé chanter 
Les varechs verts 
Les germons bleus 
Les daurades d'or 
Les couleurs et les chaos 
 (...)

Les coques des naufrages 
Cognent dans les baies 
Des oiseaux hurleurs 
Descendent dans mes veines 
Mon âme est cette porte battante 
Ouverte sur la mer...

(X.Graal)
Les écrivains s'inspirant de la "matière bretonne"

Au XIIe siècle, les légendes bretonnes de la table ronde et du roi Arthur (encore populaires de nos jours grâce à Walt Disney) se répandent dans toute la France et inspirent les premiers romans français. Nous 
retiendrons :
- Marie de France, auteur de Lais ;
- Chrétien de Troyes, notre premier grand romancier ;
- Béroul et Thomas, auteurs de romans consacrés à la légende de Tristan et Iseut.

Les caricatures de Bretons
.
Bécassine, née près de Quimper selon ses auteurs Caumery et Pichon, présente une caricature fort peu flatteuse de la Bretonne ; pourtant, son bon sens paysan est remarquable.Elle a amusé des générations d'enfants.
Les personnages d'Uderzo et de Goscinny, Astérix, Obélix et leurs compatriotes, sont des Gaulois d'Armorique, c'est-à-dire de Bretagne. Ne seraient-ils pas les Bretons les plus célèbres du XXe et du XXIe siècle ?