La ville
Le Guilvinec- ar Gelveneg en breton, “le village pierreux” - est situé à l’extrême ouest de la Bretagne, à la pointe bigoudène, connue pour ses femmes portant la coiffe. C’est un pays riche en couleurs et en traditions. Née il y a plus d’un siècle d’une petite colonie de pêcheurs, la ville vit de la pêche et au rythme de celle-ci. Elle est identifiée comme “cśur de la pêche” française. Le Guilvinec, c’est aussi la campagne. A quelques kilomètres de la mer, le paysage change en une campagne idéale pour les balades. De petites routes en chemins creux, vous découvrirez des chapelles, des fontaines ou des mégalithes. Tout au long des 10 km de côtes se déroulent plages de sable fin et pointes rocheuses. Vous pouvez choisir entre la crique abritée ou la plage familiale. Vous pouvez vous adonner aux sensations des sports nautiques : voile, kayak de mer, ski nautique, etc.

 
Le port
C'est le premier port de pêche artisanale et le quatrième port de France. Il est le centre administratif du quartier maritime bigouden qui regroupe les ports de pêche du Guilvinec, de Loctudy, de Lesconil et de Saint-Guénolé. Les lettres “GV” sur les bateaux indiquent leur appartenance à ce quartier maritime. La langoustine glacée et la lotte sont leurs productions dominantes, suivies de la raie, du cabillaud, du merlan et de la sardine.
D'.autres chalutiers fournissent le marché en langoustines vivantes du 
golfe de Gascogne.
Les côtiers, navires qui partent en pêche pour la journée, fréquentent la zone Nord Gascogne qui se trouvent à quelques mille du port. Ils ramènent chaque soir de la 
langoustine vivante.
Toute une filière pêche s’est développée à terre et représente 1300 emplois : réparations navales, filatures, ateliers de mareyage et conserveries, transporteurs frigorifiques, lycée professionnel maritime, coopérative maritime. Les hauturiers sont les navires qui partent en pêche pour des marées de 8 à 15 jours, dans les eaux du Nord Gascogne et Sud Irlande pour pêcher les espèces phare du Guilvinec : la baudroie (ou lotte), la raie, le merlu, la langoustine.

 
La criée ou halle à marée
Créée en 1959, c’est la première criée construite en pays bigouden. Deux fois par jour s'y déroule la grand-messe de la vente. Il s’agit d’une vente aux enchères avec crieur. Ce maître de cérémonie en blouse blanche débite dans un micro un monologue incompréhensible pour les profanes, correspondant aux enchères en cours. La criée se déroule à partir de 6h.30 pour les bateaux hauturiers et 17h. pour les bateaux côtiers. Elle attire de nombreux visiteurs. Des visites guidées de la halle à marée sont organisées tout l'été.