TOUT LE MONDE LE DIT:
La Bretagne est championne toutes catégories en ce qui concerne les produits de la mer. D'une fraîcheur absolue, ils sont autant d'invitations à découvrir et déguster sans modération, plus qu'une spécialité, la richesse d'un terroir tout entier. 
La Bretagne a cette délicieuse particularité de faire basculer le gastronome entre les saveurs iodées venues du large et celles portées par les vents de l'arrière pays. 
La mer et les bretons
Savez-vous que dans de nombreuses régions côtières de Bretagne, les autochtones furent longtemps étrangers à l'univers maritime. Très peu d'îles bretonnes se consacrèrent à la pêche. Pour beaucoup de Bretons, la mer ne peut être que source de malheur et pour vivre en paix, il est préférable de lui tourner le dos. Mais en 1964, voilà le déclic, quand Éric Tabarly, jeune Breton, officier de marine a l'idée d'aller battre les Anglais dans une course  anglaise; il devient le symbole d'une certaine identité bretonne, glorieuse et modeste.
Autrefois un des moyens de subsistance pour des populations pauvres, la pêche est devenue un loisir pour autochtones et touristes. Mais attention, cette pêche demande de l'expérience. Chaque port ou village abrite ainsi son " champion ", qui connaît chaque rocher de son estran, qui joue avec les horaires de marée, pour être au bon endroit au bon moment.
Les saveurs océanes
L'huître. Combien de Français et même de Bretons connaissent exactement la genèse de l'huître ? Combien savent que le Morbihan est le grand producteur qui alimente Belon précisément, Marennes, l'Angleterre, et la Hollande ?
Et pourtant, l'industrie ostréicole représente une activité importante des côtes morbihannaises qui occupe environ 1.500 exploitants et 3.000 ouvriers, 
L’huître est un mollusque. Avant d’atteindre l’âge adulte, l'huître vit dans l’eau La forme de la coquille dépend des conditions d’environnement. Certaines ont la capacité d’enfermer tout intrus d’une certaine taille dans une coque isolante: l’agresseur devient de cette manière... une perle. Ce bijou n’est donc qu’un accident et une sorte de maladie, mais quel attrait 
Les huîtres se nourrissent en filtrant l’eau de mer .
L'huître fait preuve d'hermaphrodite successif au sens où son sexe change suivant les années. Une première année elle sera femelle puis deviendra mâle la seconde année. Parmi les nombreuses espèces on n'en retiendra que trois essentielles :l'huître plate ou belon, ou encore "la rolls des huîtres", c'est l'huître la plus anciennement cultivée, celle très recherchée des amateurs pour son goût fort en iode. Une maladie qui la tue dans la troisième année en limite la reproduction L'huître plate est intimement liée à la vie marine de la Baie de Quiberon. 
L'huître japonaise: C'est l'huître la plus cultivée et celle qui se retrouve la plupart du temps dans notre assiette.
L'huître portugaise est l'huître creuse que l'on trouve dans le bassin d'Arcachon
Aujourd’hui la France produit surtout de l’huître creuse.

Homard

Ormeau

Araignée

Huître
Les moules et les huîtres sont deux coquillages rois en Bretagne. La mer y est trop froide pour que la reproduction des moules s'effectue avec un grand rendement. Aussi les mytiliculteurs bretons ont-ils pris l'habitude de venir chercher le naissain en Oléron. 
Pourtant du côté de l'estuaire de la Vilaine, se trouvent de longues rangées de bouchots (pieux), très hauts et très proches les uns des autres. Ils sont couverts de moules qui sont consommées lorsqu'elles ont atteint une taille. suffisante.
Le célèbre homard breton, se veut le Roi des crustacés et crustacé des rois. Le meilleur vient de Bretagne, tout le monde est bien d'accord. Préférez plusieurs homards de 400 à 500 gr à un gros homard
Le seigneur des crustacés aime se cacher pour vivre. Les fonds rocheux de certaines côtes françaises lui sont donc très favorables. Si les pêcheurs "pressés" lui laissent le temps de vieillir, à 50 ans il pourra mesurer
 60 centimètres et peser jusqu'à 8 kilos.
Ce roi de la mer n'a nullement l'intention de se laisser détrôner par le "Homard américain. "Le bleu de Loguivy" reste le seigneur des crustacés. C'est la grande différence entre le homard américain qui comme aurait pu le dire Montesquieu, "court après l'esprit et n'en rattrape que la sottise" et le "homard breton" qui par l'excellence de l'esprit est un perpétuel festin! 
Que diriez-vous d’un ormeau dans votre assiette ? ce mollusque dont la coquille plate à l’intérieur nacré sert souvent de cendrier ou de décoration de vitrines. Sa chair tendre et fondante est très prisée des fins gourmets. Coquillage assez rare, on le trouve solidement accroché aux rochers dans les fentes, lors des grandes marées, mais les coins aux ormeaux sont des secrets bien gardés Il se reproduit difficilement, ne pond que la nuit, ne broute pas n’importe quelle algue et n’atteint la longueur de 3 cm qu’au bout de 15 mois.

On ne peut faire l'impasse sur les coquilles Saint-Jacques, dont les plus fameuses proviennent d'Erquy. 
La coquille Saint-Jacques vit sur des fonds de sable propres, dans l’eau claire, près du rivage, le plus souvent enfouie au ras du sable. On recense près de 400 espèces différentes La coquille Saint Jacques est de couleur rouge à brun, quelquefois rose ou tachetée. Elle présente de grosses côtes striées partant du sommet de la coquille.
e pétoncle n'est pas la coquille saint Jacques
Ne vous laissez pas berner
La vraie coquille Saint-Jacques vient de la  région de
l'Atlantique ou de la région de la Méditerranée ,
Produit noble, la coquille St. Jacques fraîche ne doit pas être confondue avec la noix de pétoncle surgelée en provenance
du Chili, du Canada ou du Sud Est asiatique
Cette confusion sert des intérêts commerciaux dont abusent honteusement tous les industriels du surgelé, les transformateurs et pire tous ceux qui nous préparent des plats cuisinés. C'est un véritable scandale et une tromperie pour les consommateurs. Les plats cuisinés portant la marque "Produit en Bretagne" nommés "Coquille de Noix de St Jacques, Recette Bretonne" en sont le parfait exemple; on vous sert des noix de pétoncle du Chili dans des valves de vraies coquilles avec une recette pseudo bretonne 
Et la ménagère comment s'y retrouve t-elle? 
Chez son poissonnier elle va trouver des coquilles St Jacques entières et vivantes, pas de problème se sont des "vraies".
Il faut aux coquilles Saint-Jacques 3 à 4 ans pour atteindre environ 10 cm.
On les déguste poêlées, ou farcies, au four avec une fondue de poireaux
Coquille St-Jacques
Pour connaître l'âge des coquilles St Jacques et des pétoncles il suffit de compter les anneaux concentriques marquant leurs coquilles, 1 anneau par année
Pétoncle
La terre n'est pas en reste. Dorée jadis par ses blés, la région connaît, du 16e au 18e siècle, une activité très florissante autour de la culture du lin. 
Depuis des siècles, elle produit le sarrasin, cette plante à graines noires, sans doute venue en Europe avec les Mongols, est à l'origine du blé noir et des fameuses galettes, qui ont nourri des générations de bretons. 
Si le chou-fleur est devenu l'emblème de la production maraîchère bretonne, il ne doit pas faire oublier les artichauts, les tomates, les oignons, dont les plus célèbres sont cultivés dans les environs de Roscoff depuis le XVème siècle; le coco de Paimpol, arrivé d'Amérique latine dans les années 1920 
Ce haricot demi-sec à écosser possède une superbe et séduisante robe jaune paille marbrée de violet; les pommes de terre de l'île de Batz, nourries au goémon; la salicorne, nommée par  certain ''le cornichon de la mer'', est une plante dite halophile, c'est à dire qui se plait dans un terrain salé
"Mais le principal atout de notre terroir est peut-être la volonté farouche des hommes de valoriser leur terre, leur outil de travail qui est aussi leur cadre de vie. Nos petites exploitations ont conservé une structure familiale, une dimension humaine... Ont-elles une chance dans un monde aujourd'hui dominé par le commerce international 
Lentement, la gastronomie s'impose contre vents et marrées
Partez à la rencontre de sa charcuterie Andouillettes de Quimperlé, Tripes de Quimper, régalez-vous de ces pâtés que l'on étalerait à toute heure du jour et de la nuit pourvu qu'il en reste. 
L'andouille un des grands classiques de l'Argoat. La plus célèbre, l'andouille de Guéméné, doit être fumée, moelleuse mais pas trop grasse. 
Ha la saucisse bretonne ! c'est un monument de la gastronomie. Tantôt relevée d'ail, tantôt d'échalote, elle vous surprendra sans doute à Molène où elle est parfumée au goémon. Ses saveurs rustiques, fortes et franches, parfument merveilleusement le palais Bref, pas étonnant que le porc fermier de Bretagne possède un label rouge.
Omettre de mentionner le porc en Bretagne, c'est un peu comme parler d'Italie en tirant un trait sur les pâtes ou les pizzas. La métaphore est-elle sans doute un peu exagérée mais voir limiter la cuisine aux strictes crêpes, artichauts, choux-fleurs, crustacés et autres plateaux de fruits de mer est dommage. Savez-vous :
Certains pensent que l’agneau dit de « pré-salé », est une bête salée avant l’abattage 
Il s’agit évidemment de prés qui ont été envahis par la mer à marée haute, et qui donnent aux animaux une viande moelleuse et à goût légèrement persillé.
Les vaches de Bretagne goûtent aux bienfaits de la vie 
et donnent un lait crémeux qui enivre les sens du bienheureux qui y trempe les lèvres
Avec le lait, les Bretons ont toujours préféré fabriquer du beurre plutôt que du fromage. Le beurre en Bretagne est un symbole fort et un produit phare. Ne pas offrir de pain beurré à ses hôtes était autrefois considéré comme un signe de goujaterie Le beurre est, pour les Bretons, une religion, d'ailleurs teintée de croyances superstitieuses: quand quelqu'un mourait d'une maladie supposée contagieuse, on plaçait sous son lit une motte de beurre qu'on allait ensuite enfouir dans la terre en cas de décès.
La mise en place de quotas laitiers en 1984, par décision
européenne, a conduit à une très forte diminution du nombre des exploitations de vaches laitières 
Le lait Ribot: (ribot = baratte en breton), c'est un lait fermenté, écrémé, liquide, fluide, plus épais que le lait entier mais moins que le yaourt., légèrement aigre C'était autrefois la  nourriture du pauvre,
La Bretagne est un pays sans fromage traditionnel. Cette situation est liée à la culture celtique; le beurre y est sacré et non la fermentation du lait considérée comme coûteuse


Il faut toujours garder une place pour le dessert
Selon la région où l'on se trouve les appellations varient, mais ce qui se trouvera dans votre assiette sera exceptionnel
Les crêpes et les galettes font partie indéniablement du patrimoine culinaire breton. La principale différence entre les crêpes et les galettes réside dans la composition de leur pâte. La galette est préparée à base de farine de sarrasin (blé noir), c’est une préparation salée, accompagnée plutôt avec du jambon, du fromage et un œuf : c’est la typique "complète". Quant à la crêpe, la pâte se prépare avec la farine de froment et elle est sucrée. La "beurre-sucre" est la plus classique des crêpes
Le Kouign Amann, c'est quoi ? 
Ce gâteau est connu pour sa générosité en beurre et son goût caramélisé., Son secret, si secret il y a, c'est qu'il demande du doigté et pour bien le réussir, cela demande une pratique très longue et assidue car contrairement à certaines pâtisseries que les ménagères réussissent en général à merveille, le kouign amann de Douarnenez est plus exigeant. 
Il ne suffit pas d avoir la recette! Ainsi, comme l'affiche un des pâtissiers de la ville: "Le fait qui veut le réussit qui peut" 
D'autres recettes? Craquant des crêpes - Dentelles de Quimper, le moelleux du gâteau à l'eau de fleur d'oranger de Pont-l'abbé et pourquoi pas un farz forn plus connu sous le nom de far breton, fondant et richement fourré de pruneaux.
Peut-on omettre de citer les fraises de Plougastel, sucrées et pleines de promesses.
Qu'on se le dise et qu'on se le garde ! 
Il est bien de chez nous ! Il est aussi grand temps d'effectuer un rappel à l'ordre et de clamer haut et fort que le Kouign Amann a été inventé à Douarnenez et qu'il n'y a qu'ici qu'il a ce goût inimitable...

Far breton ou farz-for
Ingrédients: 
· 3 oeufs 
· sachet de pruneaux
· 125 gr de farine 
· 100 gr de sucre en poudre
· 1 sachet de sucre vanillé
· 60 gr de beurre
· 1/2 litre de lai
· sel
· 1 petit verre de rhum
· beurre ou margarine
Faire fondre le beurre Dans un saladier, mélanger les oeufs au sucre en poudre 
Ajouter une pincée de sel et battre jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène 
Ajouter peu à peu la farine, puis le beurre fondu Faire tiédir le lait et l'ajouter au mélange, ajouter le rhum. 
Disposer les pruneaux dans un moule soigneusement graissé et les recouvrir de la préparation 
Faire cuire une quarantaine de minutes à four moyen (th. 6) 
Tester avec la pointe d'un couteau.
m
Far breton (2)
Temps de préparation: 5 mn 
Temps de cuisson : +/- 40 min.
Ingrédients pour 10 pers.
· 400 gr de farine
· 400 gr de sucre
· 6 œufs
· 1 litre de lait 
· 1/2 dl de rhum
· 30 pruneaux
· 100 gr de raisins sec
· 50 gr de beurre
Faire tremper les pruneaux et les raisins secs dans le rhum pendant 6 heures. Allumer le four et le faire préchauffer à environ 250°C. Pendant ce temps, mélanger la farine et le sucre dans une jatte et y incorporer les oeufs. Petit à petit, tout en mélangeant, verser le lait. Beurrer généreusement un plat à gratin. Déposer au fond de celui-ci les pruneaux et raisins secs et recouvrir l'ensemble avec la pâte. Mettre au four, dans un premier temps très chaud (10 min.) puis poursuivre la cuisson durant 20 à 30 minutes à 220°C. On consommer le far breton aussi bien tiède que froid de même que les raisins secs ne sont pas une obligation en soi

 
Et si vous avez soif...
Il y a cidre et cidre
· Le cidre fermier, merveille de gosier, artisanal, bouché, traditionnel, pasteurisé celui des connaisseurs
· Le cidre sec ne contient presque plus de sucre. C'est le plus alcoolisé (6,6%). Il convient parfaitement en cuisine et accompagne à merveille les fruits de mer; 
· Le demi-sec, avec sa belle effervescence et sa teneur en alcool plus modérée, est très apprécié des connaisseurs et accompagne parfaitement les repas; 
· Le cidre brut, mousseux, et légèrement sucré, se boit bien frais en toutes occasions. C'est le compagnon idéal des crêpes; 
· Le cidre doux, plus sucré, très mousseux, est le cidre des desserts ou du goûter. Sa teneur en alcool n'excède pas 3%.
Le cidre fait partie intégrante de la mémoire bretonne. Il est évoqué dès le IVème  siècle. Encore  aujourd'hui, il règne en maître sur les tables bretonnes. Entré en gastronomie, il s'accorde à merveille avec les viandes blanches, les volailles, le porc et tous les poissons et fruits de mer Le cidre se décline en eau-de-vie et en alcool, en lambic et en pommeau.
A savoir: Les cidres industriels n'ont jamais connu le fût de chêne. Même s'ils ont fait des progrès, ils sont pasteurisés, fabriqués à base d'extraits de jus jusqu'à 50 % de leur composition et doivent leur effervescence au gaz carbonique.  il y a bière et bière
On trouve en Bretagne, une vingtaine de brasseries et plus de 80 bières différentes.
La plus célèbre, la Coreff de Morlaix,
ambrée et fortement houblonnée
la Cervoise légèrement miellée
la Telenn une bière au sarrasin;
la Blanche Hermine. une bière blanche.
Actuellement,, la bière concurrence le traditionnel cidre; elle est devenue la boisson quasi obligée des festou-noz qui rythment les fins de semaine du moindre village breton
Il y a peu de vin
Le seul vin breton est le muscadet, répandu dans toute la Bretagne et qui bénéficie de l'appellation d'origine contrôlée (A.O.C). Relativement peu acide, il est sensible à l’oxydation, c’est pour cela qu’on l’élève "sur lie" avec mise en bouteille avant la fin juin. Sa capacité de vieillissement (hormis quelques californiens) est presque nulle : il faut le consommer en un an ou deux. C’est un vin sympathique et perlant, à boire sans façons sur les huîtres .
Le vrai kir breton
Une dose de liqueur de mûres (pas du cassis)
   Une dose de Calvados ou de Lambig bien breton
       Le reste du verre avec un bon cidre brut breton

Un autre apéritif
Dans un grand verre
  mélanger la Goutte de Giverny (5cl) 
     et une cuillère à soupe de sirop de framboise,
         remplir  le verre au 3/4 avec le cidre brut.
           Ajouter des glaçons et une feuille de menthe fraîche

Coquilles St-Jacques à la bretonne
Compter 2 ou 3 coquilles par personne. 
Ouvrir les coquilles sur le feu. Garder leur eau. Enlever le “noir”. Hacher grossièrement au couteau le contenu des coquilles en gardant le corail pour la garniture. Faire revenir un oignon et une gousse d’ail hachés finement mais sans les faire colorer, puis ajouter les coquilles
Saint-Jacques hachées, du persil, de la chapelure, puis mouiller avec l’eau des coquilles et du vin blanc sec. Saler, poivrer et ajouter une pointe de curry. Laisser cuire 10 à 15 minutes. Garnir les coquilles et saupoudrer de chapelure. Déposer le corail pour décorer ainsi qu’une noisette de beurre. Faire gratiner au four
Palourdes farcies.(pour 6 personnes)
Préparation: 20m. - Cuisson: 10 m.
 6 douzaines de palourdes
300gr de beurre demi-sel:
1échalote hachée
3 gousses d'ail: 
1 càs bombée de persil haché
2 pincées de sel et poivre
½ verre de muscadet 
Piler ensemble l'échalote et l'ail, ajouter le beurre, le muscadet, le persil, le sel et le poivre. Battre soigneusement la préparation à la fourchette jusqu'à absorption totale du muscadet. Ouvrir les palourdes crues. Égoutter. Farcir la valve conservant la chair avec le mélange préparé. Placer à four très chaud dans un plat en terre cuite pendant 10 minutes au maximum. Servir dès que la farce est en ébullition. Toutes les recettes de palourdes farcies sont évidemment valables pour les praires, amandes de mer, moules ainsi que les pétoncles
Brochet nantais au beurre blanc
2 brochetons de 400g
150g de beurre très frais
court-bouillon
2 cuillerées de vinaigre
1/2 verre de muscadet
3 échalotes, sel, poivre
Vider avec soin les brochetons, les faire cuire 20 minutes dans un court-bouillon, les égoutter et les tenir au chaud. D'autre part dans une casserole, faire réduire le vinaigre et le vin dans lesquels on aura mis les échalotes hachées. Lorsqu'il ne reste que la valeur d'une cuillerée de liquide, ôter les échalotes, saler, poivrer. Ajouter peu à peu le beurre très frais en battant au fouet pour que le mélange soit mousseux. 
Servir les poissons et la sauce à part
Fruits de mer en crêpes
12 crêpes: 15cm de diamètre
1 kg  de moules - 1 kg de coques
125 g de crevettes décortiquées
12 langoustines
100g de beurre
1 échalote - 1 œuf
6 càs de madère
200 g de crème 
50 g de gruyère râpé
Sel, poivre,
Pâte à crêpes:200g de farine
4 œufs - 1 càs d'huile
1/4 l.de lait -sel - eau 
Faire les crêpes la veille - très fines de préférence.
Faire s'ouvrir les moules et les coques dans une casserole ensuite filtrer  l'eau de coque.
Faire cuire les langoustes, décortiquer les queues et les couper- en deux.
Faire fondre l'échalote, 1 cuillère à soupe de beurre, les crevettes, ajouter 2 cuillères à soupe de madère, les coquillages, les langoustes et 1 cuillère à soupe de crème, Saler et poivrez.
Sortir du feu une fois le mélange en ébullition et ajouter le jaune d' oeuf .
Garnir chaque crêpe de ce mélange et les disposer au four. 
Préparer une béchamel avec 2 cuillères à soupe de beurre, 2 cuillères à soupe de farine, mouiller avec l'eau des coques, un peu de madère et la crème, saler et poivrer 
Verser cette préparation sur les crêpes, saupoudrer de gruyère et faire légèrement gratiner au four.
Le gigot de pré-salé
(pour 8 personnes)
1 gigot de pré-salé de +/- 2 kg, 2 gousses d'ail
50 g de beurre
Peler l'ail et glisser les gousses le long du manche
Enduire le gigot de beurre et le disposer dans un plat à four 
également beurré. Saler et poivrer
Mettre le gigot dans le four préchauffé à chaud (220° C) et le faire cuire 10 à 12 minutes par livre selon le goût et la forme plus ou moins ronde du gigot. 
Ne pas oublier de le retourner et de l'arroser avec son jus à mi-cuisson. 
Dès qu'il est cuit, retirer le gigot du plat et déglacer le jus avec 2 ou 3 cuillerées à soupe d'eau (ou de muscadet). 
Traditionnellement, on dispose les tranches de gigot à la surface d'un plat de haricots et on les nappe avec la sauce. Servir sur des assiettes chaudes.

Trucs et astuces
  • Pour empêcher que le poisson ne colle à la poêle, saupoudrer le fond de la poêle de gros sel.
  • Se rappeler que les laitances de poisson dont le nom commence par un "B" ne peuvent se consommet
  • Pour donner aux crevettes une jolie couleur rose, ajouter à leur eau de cuisson des pelures d'oignons.
  • Si les huîtres sont difficiles à ouvrir, les plongeer quelques instants dans de l'eau vinaigrée.